FORUM ROSE D'AUTOMNE

L'ART DE VIVRE ET DE VIEILLIR SELON DIEU !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Forum pour quatre sites que je vous invite à visiter : La vie chrétienne: Gouttes de rosée : http://www.rosee.org/rosee - L’art de vieillir: Rose d’automne : http://www.rosee.org/rosedautomne - Vie communautaire: La roseraie: http://www.rosee.org/roseraie - Famille, Ecologie: http://www.rosee.org/famillebiblique - Bienvenue à tous ! Le but de ce forum est d'être une petite oasis pour chacun de ceux qui le visite... et Je prie le Seigneur de nous permettre de nous encourager, nous édifier et de le voir glorifié dans le partage de sa Parole, que chaque visite sur ce forum soit pour chacun de nous une bénédiction de plus dans notre vie. N’hésitons pas non plus à partager nos sujets de prières afin que plusieurs puissent intercéder avec nous… L'expression des dons de chacun est bienvenue....
Sujets similaires
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Forum
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland

Partagez | 
 

 Commencer une querelle, c’est ouvrir une brèche dans une digue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Josy
Admin
avatar

Nombre de messages : 4199
Age : 85
Localisation : Annecy - France
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: Commencer une querelle, c’est ouvrir une brèche dans une digue   Dim 2 Oct 2016 - 6:48


Bien-aimés - « Ce n’est que de l’orgueil que vient la querelle » {Pr 13:10}. Nous expliquons en général nos disputes par d’autres motifs. Tout au plus discernerons-nous l’orgueil chez notre adversaire. Mais ce verset m’ouvre les yeux. Une querelle trahit mon propre orgueil: Je veux avoir raison; cela m’humilie de céder. Il suffira donc que je montre l’esprit de Christ pour faire aussitôt cesser le conflit et… au fond, remporter la victoire…
S’engager dans des querelles est la plus grande folie qui puisse être. Il est bon de céder, et même d’abandonner des justes revendications, par amour de la paix.
Commencer une querelle, c’est ouvrir une brèche dans une digue, c’est pourquoi : abandonne tes griefs avant qu’éclate la dispute (Proverbe 17 :14)
— Cède ! Littéralement : Lâche la dispute !
"Tendez à la perfection, encouragez-vous les uns les autres, mettez-vous d'accord, vivez en paix, et le Dieu d'amour et de paix sera avec vous." 2 Corinthiens 13.11
Soyons des pacificateurs : Que le Seigneur qui donne la paix vous accorde lui-même la paix de toute manière et en toutes circonstances.
Bonne semaine…   Josy R.

Ne dis point: Je rendrai le mal; mais attends l'Éternel, et il te délivrera. Proverbe 20 : 22

Oublie et pardonne

Ne te hâte point. Laisse tomber ta colère. Ne dis rien, ni ne fais rien pour te venger. Tu serais sûr d'agir imprudemment en saisissant le bâton pour frapper: et certainement, tu serais loin de montrer ainsi l'esprit du Seigneur Jésus. Il y a plus de noblesse de ta part à pardonner et à passer sur l'offense. Laisser s'envenimer en toi le souvenir d'une injure et méditer la revanche, c'est garder en ton sein une plaie ouverte et en faire de nouvelles. Oublie plutôt et pardonne.

Mais tu trouveras que tu dois faire quelque chose, sans quoi tu serais en perte. Dans ce cas, suis l'avis qui t'est donné ici: "Attends l'Eternel, et il te délivrera." Ce conseil ne te coûtera pas un centime, et cependant il a une grande valeur. Reste calme et tranquille. Attends le Seigneur, et dis-lui tes griefs. Déploie devant l'Eternel la lettre de Rabshaké; cela seul sera un soulagement pour ton cœur tourmenté. N'as-tu pas la promesse: "Il te délivrera?" Dieu trouvera le moyen de la faire. Comment? Ni toi, ni moi ne pouvons le deviner, mais il le fera, sois-en sûr. Et si le Seigneur te délivre, cela te vaudra mieux que les mesquines querelles dans lesquelles tu pourrais t'engager, risquent de te couvrir de fange en disputant avec le méchant.

Cesse donc d'être irrité, et laisse ta cause entre les mains du Dieu de Justice. Ch. Spurgeon



Les Proverbes 10 [/size]


_________________
Josy

Vous êtes aussi invité à visiter :
Roseraie: http://www.rosee.org/roseraie
Gouttes de rosée: http://www.rosee.org/rosee
Famille Biblique: http://www.rosee.org/famillebiblique
Rose d'automne: http://www.rosee.org/rosedautomne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rosee.org/rosee
Josy
Admin
avatar

Nombre de messages : 4199
Age : 85
Localisation : Annecy - France
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: Traitez tout élément de discorde qui s’insinue entre Jésus et vous, comme une chose à combattre et non à supporter   Lun 3 Oct 2016 - 6:33

PLÉNITUDE      
     
Je vous donnerai du repos.       Matthieu 11:28

     Chaque fois que quelque chose vient affaiblir votre communion avec Jésus-Christ, tournez-vous aussitôt vers lui, et demandez-lui de vous donner sa sérénité. Ne tolérez pas que quoi que ce soit en vous, trouble cette paix. Traitez tout élément de discorde qui s’insinue entre Jésus et vous, comme une chose à combattre et non à supporter. Demandez au Seigneur de mettre sa nature en vous, et votre propre nature disparaîtra, il sera tout en vous. La préoccupation de soi engendre insensiblement la pitié pour soi-même, qui vient de Satan. « On ne me comprend pas ! Sur ce point-là, on me doit des excuses ! Il faut que ce soit tiré au clair ! » Laissez donc les autres tranquilles, et demandez au Seigneur de mettre en vous la nature du Christ. Il vous soutiendra, jusqu’à ce que vous soyez rempli de sa plénitude.

     La vie chrétienne parfaite est celle de l’enfant. Quand je me préoccupe trop de ce qui se passe en moi, cela va mal. C’est le malade qui connaît la valeur de la santé. L’enfant de Dieu ne se préoccupe pas de savoir ce qu’est la volonté de Dieu, car il est lui-même dans la volonté de Dieu. Quand nous nous écartons si peu que ce soit de la volonté de Dieu, nous nous mettons à lui dire : « Quelle est ta volonté ? » Un enfant de Dieu ne prie pas pour que Dieu lui démontre qu’il répond à la prière ; il est sans inquiétude, sachant que Dieu répond toujours.

     En essayant de combattre notre égoïsme par les méthodes dictées par le bon sens, nous le développons au contraire. Jésus dit : « Venez à moi, et je vous donnerai du repos » ; c’est-à-dire : la nature de Christ prendra la place de notre propre nature. Partout où Jésus passe, il apporte le repos ; le repos d’une activité parfaite, d’où tout amour de soi-même est absent. O. Chambers



_________________
Josy

Vous êtes aussi invité à visiter :
Roseraie: http://www.rosee.org/roseraie
Gouttes de rosée: http://www.rosee.org/rosee
Famille Biblique: http://www.rosee.org/famillebiblique
Rose d'automne: http://www.rosee.org/rosedautomne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rosee.org/rosee
Josy
Admin
avatar

Nombre de messages : 4199
Age : 85
Localisation : Annecy - France
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: À propos des querelles   Mar 4 Oct 2016 - 6:21

À propos des querelles

     Un frère offensé est plus difficile à gagner qu’une ville forte, et les querelles sont comme les verrous d’un palais. Pr 18:19

  On ne devrait pas entendre parler de querelles entre frères et sœurs en Christ ; et pourtant, trop fréquemment, des oppositions se font jour sur des points de détail, sur des paroles déformées, sur des attitudes mal comprises. Conséquences : un frère « bloqué » peut-être pour toujours, une confiance perdue entre deux amis même lorsqu’ils se sont pardonnés !

  Aussi importe-t-il d’être très attentifs aux indications de la Bible pour éviter les querelles:

1. Traduisons dans les faits, avec soin, la pensée qui était dans le Christ Jésus, à savoir s’oublier pour être au service des autres. Pour cela, relisons souvent Ph 2:11.

2. Manifestons dans nos relations les sentiments produits par l’action du Saint Esprit en nous ; Paul les rappelle aux Colossiens avec beaucoup d’insistance (Col 3:12-15).

3. Surveillons nos paroles en nous souvenant qu’« une réponse douce détourne la fureur, mais la parole blessante excite la colère » (Pr 15:1).

Mais voilà qu’une querelle est en train de germer. Ne la laissons pas se développer et agissons avec humilité et prière :

1. Allons vers notre frère selon l’enseignement du Seigneur pour celui qui se souvient que son frère a quelque chose contre lui : « Va d’abord, réconcilie-toi avec ton frère… » (Mt 5:23-24). Allons vers lui avec l’état d’esprit qui convient à un disciple du Seigneur, lui qui était doux et humble de cœur.

2. Aidons les frères et sœurs à se sortir d’une querelle naissante car la paix dans l’assemblée concerne la gloire du Seigneur et la joie de tous ceux qui la composent.

Dans nos rapports fraternels, n’exigeons rien des autres : apportons par contre l’amour, la miséricorde, la joie, l’estime.

Enfin, souvenons-nous là encore du Seigneur Jésus, notre modèle « qui, lorsqu’on l’outrageait, ne rendait pas d’outrage, quand il souffrait, ne menaçait pas, mais se remettait à celui qui juge justement » (1Pi 2:23). Plaire au Seigneur



_________________
Josy

Vous êtes aussi invité à visiter :
Roseraie: http://www.rosee.org/roseraie
Gouttes de rosée: http://www.rosee.org/rosee
Famille Biblique: http://www.rosee.org/famillebiblique
Rose d'automne: http://www.rosee.org/rosedautomne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rosee.org/rosee
Josy
Admin
avatar

Nombre de messages : 4199
Age : 85
Localisation : Annecy - France
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: Garde le silence devant l'Éternel, et espère en lui…   Mer 5 Oct 2016 - 6:40

Savoir se taire

"Je reste muet, je n'ouvre pas la bouche, car c'est toi qui agis" Ps. 39.10

Dans ce psaume 39, nous découvrons un David malheureux, en butte à la méchanceté de certains, mais surtout conscient de sa fragilité et de sa faiblesse humaines.

Cependant, il ne cède pas à la tentation de se défendre soi-même, de polémiquer avec ses ennemis. Il dit : "Je veillerai sur mes voies, de peur de pécher par ma langue ; je mettrai un frein à ma bouche, tant que le méchant sera devant moi." (verset 2). Il connaît le danger des discussions stériles qui engendrent des querelles (2 Tim. 2.23). Il préfère s'en remettre à Dieu qui saura régler le problème beaucoup mieux que lui.

Si l'on vous fait du mal, si l'on tient sur vous des propos mensongers, il ne vous est certes pas interdit de rétablir la vérité, si vous en avez l'occasion. Mais comme David, ne cherchez pas à vous justifier à tout prix, et, comme lui, remettez votre cause entre les mains du Dieu tout-puissant. Il m'est arrivé, au cours de mon ministère, d'avoir à subir de douloureuses injustices. J'ai toujours appliqué le psaume 37, et Dieu m'a toujours justifié en son temps : "Recommande ton sort à l'Éternel, mets en lui ta confiance, et il agira. Il fera paraître ta justice comme la lumière, et ton droit comme le soleil à son midi. Garde le silence devant l'Éternel, et espère en lui…" (Ps. 37.5-7)

Il est vrai qu'accepter de se taire en de telles circonstances n'est ni facile ni agréable, et David l'exprime en ces termes : "Je suis resté muet, dans le silence ; je me suis tu, quoique malheureux ; et ma douleur n'était pas moins vive. Mon cœur brûlait au dedans de moi, un feu intérieur me consumait" (Ps. 39.3-4)

Mais le résultat en vaut largement la peine. Si vous apprenez à vous taire lorsque c'est nécessaire, vous découvrirez, comme l'a fait David, que Dieu est le Dieu des délivrances et vous serez un encouragement pour les autres : "J'avais mis en l'Éternel mon espérance ; et il s'est incliné vers moi, il a écouté mes cris. Il m'a retiré de la fosse de destruction, du fond de la boue ; et il a dressé mes pieds sur le roc, il a affermi mes pas. Il a mis dans ma bouche un cantique nouveau, une louange à notre Dieu ; beaucoup l'ont vu, et ont eu de la crainte, et ils se sont confiés en l'Éternel." (Ps. 40.2-4)

Une prière pour aujourd'hui
Père céleste, je veux apprendre à me taire et à te laisser agir. Je remets ma cause entre tes mains, car j'ai la certitude que tu sauras me défendre beaucoup mieux que je ne le ferais moi-même. En cet instant, je te fais entièrement confiance. Au nom de Jésus. Amen. Jean-Claude Guillaume



_________________
Josy

Vous êtes aussi invité à visiter :
Roseraie: http://www.rosee.org/roseraie
Gouttes de rosée: http://www.rosee.org/rosee
Famille Biblique: http://www.rosee.org/famillebiblique
Rose d'automne: http://www.rosee.org/rosedautomne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rosee.org/rosee
Josy
Admin
avatar

Nombre de messages : 4199
Age : 85
Localisation : Annecy - France
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: Un frère offensé est pire qu'une ville forte, et les querelles sont comme les verrous d'un donjon   Jeu 6 Oct 2016 - 6:28

"C’est du fruit de sa bouche que l'homme rassasie son corps." Proverbes 18.20

Ce que vous dites, dans les cinq premières minutes, est déterminant. Les bons orateurs savent qu'ils doivent capter l'attention de leur auditoire, dans les cinq premières minutes, faute de quoi ils risquent de perdre leur impact et leur influence.

"La mort et la vie sont au pouvoir de la langue."

Le même principe s'applique à votre famille. Les cinq premières minutes de la journée en disent déjà long sur la façon dont une mère et ses enfants vont interagir. Il suffit de râler, ou de se plaindre, au moment du petit déjeuner, pour plomber l'ambiance pendant des heures. La façon dont un homme salue son épouse quand il rentre du travail, en fin de journée, a un impact sur le reste de leur soirée. S'il se plaint du dîner, la situation sera tendue jusqu'au coucher. Il y a moyen d'agir autrement chez soi ! Avant de franchir le seuil de la maison, vérifiez votre attitude et ajustez votre humeur. Bien sûr, il n'y a pas de mal à partager vos préoccupations, mais la plupart du temps vous avez intérêt à laisser vos soucis professionnels au travail.

Question : Votre famille est-elle impatiente de vous voir rentrer chaque soir ? Sinon, pourquoi ? Un minimum de sensibilité de votre part peut changer les choses et être très bénéfique.

La Bible dit : "Un frère offensé est pire qu'une ville forte, et les querelles sont comme les verrous d'un donjon. C'est du fruit de sa bouche que l'homme rassasie son ventre, c'est du produit de ses lèvres qu'il se rassasie. La mort et la vie sont au pouvoir de la langue." (Proverbes 18.21).

Une action pour aujourd'hui
Rappelez-vous que les cinq premières minutes sont cruciales. Bob Gass



_________________
Josy

Vous êtes aussi invité à visiter :
Roseraie: http://www.rosee.org/roseraie
Gouttes de rosée: http://www.rosee.org/rosee
Famille Biblique: http://www.rosee.org/famillebiblique
Rose d'automne: http://www.rosee.org/rosedautomne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rosee.org/rosee
Josy
Admin
avatar

Nombre de messages : 4199
Age : 85
Localisation : Annecy - France
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: Le feu des conflits est un mal terrible   Ven 7 Oct 2016 - 6:43

  Si un feu éclate et rencontre des épines, et que du blé en gerbes ou sur pied, ou bien le champ, soit consumé, celui qui a causé l’incendie sera tenu à un dédommagement. {Ex 22:6}

Mais quelle restitution peut faire celui qui jette autour de lui les tisons de l’erreur ou les charbons ardents de la lascivité, et entraîne ainsi les âmes des hommes vers le feu de l’enfer ? La culpabilité est au-delà de toute évaluation, et le résultat en est irréparable. Si un tel offenseur est pardonné, quel chagrin cela lui causera dans son examen rétrospectif, puisqu’il ne peut pas annuler le mal qu’il a fait ! Un mauvais exemple peut allumer une flamme que des années de caractère amendé ne peuvent éteindre. Brûler la nourriture des hommes est certes une chose terrible, mais combien il est pire de détruire l’âme ! Il peut nous être utile de nous souvenir combien nous avons pu être coupable dans le passé, et de nous enquérir si, même au présent, il ne peut pas y avoir un mal en nous qui aurait tendance à apporter des dommages aux âmes de nos parents, amis, ou voisins. Le feu des conflits est un mal terrible quand il se déclare dans une église chrétienne. Là où des convertis se sont multipliés, et où Dieu a été glorifié, la jalousie et l’envie font très efficacement l’œuvre du diable. Là où le grain d’or était engrangé, pour récompenser le labeur du grand Boaz, le feu de l’inimitié est venu et n’a laissé qu’un peu de fumée et un tas de noirceur. Malheur à ceux par qui les offenses viennent. Puissent-elles ne jamais venir par nous, car puisque nous ne pourrons faire aucune restitution, nous serons certainement les malades principaux si nous sommes les offenseurs principaux. Ceux qui nourrissent le feu méritent un juste châtiment, mais celui qui l’a allumé est encore plus à blâmer. Le feu de la discorde s’allume généralement d’abord parmi les épines ; il couve parmi les hypocrites et les vils professeurs dans l’église, s’étend vers le vertueux, puis est attisé par les vents de l’enfer, et personne ne sait où il peut prendre fin.

Ô toi Seigneur et donneur de paix, fais-nous pacificateurs, et ne nous permet pas d’encourager les hommes de conflit, ou même de causer sans en avoir l’intention la moindre division parmi ton peuple. Ch. Spurgeon



_________________
Josy

Vous êtes aussi invité à visiter :
Roseraie: http://www.rosee.org/roseraie
Gouttes de rosée: http://www.rosee.org/rosee
Famille Biblique: http://www.rosee.org/famillebiblique
Rose d'automne: http://www.rosee.org/rosedautomne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rosee.org/rosee
Josy
Admin
avatar

Nombre de messages : 4199
Age : 85
Localisation : Annecy - France
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: les querelles sont comme les verrous d’un palais   Sam 8 Oct 2016 - 6:31

  Comment respecter l’autre ?

     « Un frère offensé est plus difficile à gagner qu’une ville forte, et les querelles sont comme les verrous d’un palais. » Proverbe 18:19

     « Les scribes et les pharisiens lui amenèrent une femme surprise en adultère …  Mais Jésus, s’étant baissé, écrivait avec le doigt sur la terre. » Jean 8:3,6

  L’auteur du livre des Proverbes, inspiré par l’Esprit de Dieu, signale, dans le premier verset cité, combien une vraie relation avec autrui est fragile. Si on le blesse - ce qui est une faute, même si elle est involontaire - ce frère se ferme à tout ce qu’on peut lui dire. D’ailleurs il nous est facile de constater pour nous-mêmes combien la porte de notre cœur peut être verrouillée dans certaines circonstances, même si publiquement nous manifestons le contraire.

  Notre Seigneur nous montre un bel exemple de comportement, plein de respect, dans une situation complexe. Quand les chefs du peuple lui amènent une femme adultère (second verset cité), les dispositions intérieures de chacun sont très claires. Les pharisiens veulent éprouver Jésus (Jn 8. 6). Ils sont donc fermés à toute autre pensée. La coupable, sans doute terrorisée, doit être apaisée pour pouvoir entendre quelque chose. Jésus est face à des personnes accusatrices, entourées d’une foule. Son objectif est de parler à cette femme et de faire réfléchir ses accusateurs.

  Ces derniers sont sûrs d’eux : les faits sont bien établis, et ils ont la loi de Moïse de leur côté. Jésus ne répond pas immédiatement à leur question, sa parole n’aurait pas été entendue. Il se baisse pour leur montrer qu’il ne cherche pas à les dominer.

  Quand Jésus prend la parole, il ne conteste pas les faits ni la validité de la Loi, mais il interroge les scribes et les pharisiens pour savoir qui peut l’appliquer : « Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il jette le premier la pierre contre elle » (Jn 8. 7). On connaît la suite : ils se retirent l’un après l’autre. Jésus n’est pas entré dans leur jeu, ne les a pas provoqués sur leur terrain et les a amenés à réfléchir sur les compétences qu’il faut pour juger.

  Quant à la femme adultère, elle reste devant celui qui seul pourrait la juger. Il lui parle avec miséricorde et l’invite à abandonner son état. Le cœur de cette femme peut s’ouvrir à la grâce.

  En agissant ainsi, Jésus a respecté les uns et l’autre ; ce faisant, il a pu les rencontrer et parler à leur conscience. Plaire au Seigneur



_________________
Josy

Vous êtes aussi invité à visiter :
Roseraie: http://www.rosee.org/roseraie
Gouttes de rosée: http://www.rosee.org/rosee
Famille Biblique: http://www.rosee.org/famillebiblique
Rose d'automne: http://www.rosee.org/rosedautomne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rosee.org/rosee
Josy
Admin
avatar

Nombre de messages : 4199
Age : 85
Localisation : Annecy - France
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: Faute de bois le feu s’éteint ; et quand il n’y a plus de rapporteurs, la querelle s’apaise   Dim 9 Oct 2016 - 6:39

 Ai-je apporté le bon bois ?

     « Faute de bois le feu s’éteint ; et quand il n’y a plus de rapporteurs, la querelle s’apaise. » Proverbe 26:20

     « Apportez du bois, et bâtissez la maison ; et j’y prendrai plaisir, et je serai glorifié, dit l’Éternel. » Agée 1:8

  Je désire que mon feu de bois s’éteigne, que dois-je faire ? Tout simplement cesser de l’alimenter. Ce que je sais bien faire pour un feu, je sais souvent si mal le faire à propos d’une dispute. Au lieu de me taire, je jette encore « du bois » dans la querelle par mes reparties, mes réactions, ma violence verbale, mes arguments et même mes versets bibliques. En fait, c’est mon moi, mon « ego » que je veux défendre.

  Le bois que Dieu encourage son peuple à apporter selon la parole d’Aggée est tout autre.

Ces Juifs, sortis de Babylone à l’appel de Dieu et revenus à Jérusalem, se mettent courageusement à rebâtir l’autel, puis le temple. Un peu plus tard, les ennemis font cesser les travaux sur ordre du roi Artaxerxès. Cette interdiction du roi cache déjà, chez ces Juifs, un désintérêt pour la maison de Dieu et une recherche de leurs propres intérêts : « Est-ce le temps pour vous d’habiter dans vos maisons lambrissées, tandis que cette maison est dévastée ? » (Ag 1:4). Mais le prophète les encourage à reprendre le travail et leur dit entre autres : « Apportez du bois » (Ag 1:8).

  Que suggère pour nous ce bois, ce matériau pour la maison de Dieu ? N’est-ce pas « la bonne doctrine », des pensées, des paroles, des actions, des attitudes positives, édifiantes, encourageantes, rafraîchissantes pour le peuple de Dieu aujourd’hui ? Suis-je déterminé maintenant, avec l’aide du Seigneur, à apporter le bon bois ?

  (Pour approfondir, nous vous proposons de repérer dans les épîtres à Timothée les versets où Paul l’avertit « du bois » qui entretient les querelles et l’encourage à apporter le « bois » qui est profitable.) Plaire au Seigneur



_________________
Josy

Vous êtes aussi invité à visiter :
Roseraie: http://www.rosee.org/roseraie
Gouttes de rosée: http://www.rosee.org/rosee
Famille Biblique: http://www.rosee.org/famillebiblique
Rose d'automne: http://www.rosee.org/rosedautomne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rosee.org/rosee
Josy
Admin
avatar

Nombre de messages : 4199
Age : 85
Localisation : Annecy - France
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: … puisqu’il y a parmi vous de la jalousie et des disputes, n’êtes-vous pas charnels ?   Lun 10 Oct 2016 - 6:04

 SUIS-JE ENCORE CHARNEL ?
     
     … puisqu’il y a parmi vous de la jalousie et des disputes, n’êtes-vous pas charnels ?       1Corinthiens 3:3

     L’homme naturel ne sait pas ce que c’est que d’être charnel. Les désirs de la chair s’opposant à ceux de l’Esprit, après la régénération, le lui font découvrir. « Marchez selon l’Esprit », dit Paul, « et vous n’accomplirez pas les désirs de la chair. » — Alors vous ne serez plus charnels.

     Êtes-vous irritable, facilement agacé par de petites choses ? — « Oh ! Mais un chrétien n’est jamais comme ça ! » Paul n’est pas de cet avis, il range ces choses parmi les « convoitises charnelles ». Y a-t-il une vérité dans la Bible contre laquelle vous regimbez immédiatement ? C’est une preuve que vous êtes encore charnel. Si la sanctification accomplit son œuvre en vous, il ne reste pas trace de cet esprit-là.

     Si l’Esprit de Dieu découvre en vous quelque chose qui ne va pas, il ne vous demande pas de le corriger vous-même, mais seulement d’accepter que ce soit mis en lumière et il pourra le corriger. Un enfant de lumière ouvre son cœur devant Dieu et confesse immédiatement son péché ; un fils des ténèbres dit : « je m’expliquerai là-dessus plus tard ». Soyez un enfant de lumière, et confessez-vous à Dieu ; il s’occupera lui-même de ce qui ne va pas.

     À quel signe reconnaît-on que l’on n’est plus charnel ? Ne vous faites pas d’illusion : si la délivrance est réelle, sa réalité vous sautera aux yeux. Dieu vous donnera mille occasions de saisir le miracle accompli en vous par sa grâce, l’expérience vous le prouvera. « Si c’était arrivé autrefois, j’aurais été plein de ressentiment », direz-vous. Vous ne cesserez d’être le premier étonné de la transformation que Dieu aura opérée dans votre propre cœur. O. Chambers



_________________
Josy

Vous êtes aussi invité à visiter :
Roseraie: http://www.rosee.org/roseraie
Gouttes de rosée: http://www.rosee.org/rosee
Famille Biblique: http://www.rosee.org/famillebiblique
Rose d'automne: http://www.rosee.org/rosedautomne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rosee.org/rosee
Josy
Admin
avatar

Nombre de messages : 4199
Age : 85
Localisation : Annecy - France
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: "Ne vous querellez pas en chemin."    Mar 11 Oct 2016 - 6:39

    "Ne vous querellez pas en chemin." Genèse 45:24

Joseph venait de se faire connaître à ses frères dans les circonstances si spéciales que nous raconte ce chapitre. Il leur avait donné sa bénédiction, et ils avaient vu "toute sa gloire en Egypte". Forts de son pardon, enrichis de ses cadeaux, ils devaient aller chercher leur vieux père pour l'amener à Joseph. Pour ce voyage, ils avaient tout, des chars et d'abondantes provisions. Mais Joseph connaissait ses frères, il savait de quoi ils avaient été capables et coupables dans leur trahison et leur déloyauté envers lui.

Les voici donc soulagés dans leur conscience et chargés de biens. Mais au moment de se mettre en route, cette recommandation de Joseph sonne à leurs oreilles: "Ne vous querellez pas en chemin."

Ce récit est écrit pour notre instruction, à nous qui avons reçu le pardon de Dieu, la rémission de nos péchés. Le Seigneur nous a parlé de Sa gloire à venir, de Sa manifestation future de Roi des rois qui mettra fin à la famine et à la détresse du monde. Mais Lui aussi nous connaît! Il sait de quoi nous sommes capables; et en attendant Son retour, Il nous dit selon les paroles de l'apôtre Paul aux Thessaloniciens (1ère Epître 5:13): "Soyez en paix entre vous." Si vite, la vraie unité spirituelle est détruite par une pensée défendue, une parole inutile, déloyale ou charnelle, une médisance à l'égard d'un frère ou d'une soeur. Cela a peut-être eu lieu dans le passé, et nous pensons que la chose est oubliée. Mais Dieu ne l'a pas oubliée. "Si donc tu présentes ton offrande à l'autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l'autel, et va d'abord te réconcilier avec ton frère; puis, viens présenter ton offrande." Matthieu 5:23-24.

Soyons saisis par la réalité de notre vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ; vivons en hommes et femmes qui non seulement possèdent le pardon de Dieu et qui sont revêtus des richesses de Sa grâce, mais qui se préparent ensemble à être glorifiés avec Lui. "Ne vous querellez pas en chemin." Sachons que par nature nous ne valons pas mieux que les frères de Joseph! Mais nous possédons combien plus qu'eux; c'est pourquoi nous devons vivre cette parole: "Soyez en paix entre vous."  H.E. Alexander

_________________
Josy

Vous êtes aussi invité à visiter :
Roseraie: http://www.rosee.org/roseraie
Gouttes de rosée: http://www.rosee.org/rosee
Famille Biblique: http://www.rosee.org/famillebiblique
Rose d'automne: http://www.rosee.org/rosedautomne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rosee.org/rosee
Josy
Admin
avatar

Nombre de messages : 4199
Age : 85
Localisation : Annecy - France
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: La loi de l’amour    Mer 12 Oct 2016 - 5:45

 La loi de l’amour

"Je vous donne un commandement nouveau : Aimez-vous les uns les autres." Jean 13.3

Un quotidien racontait l'histoire d'un garçon atteint d'un cancer. Il avait perdu ses cheveux lors d'une chimiothérapie. En signe de sympathie et de soutien, tous ses camarades de classe s'étaient rasés la tête afin qu'il ne soit pas embarrassé à son retour. Le journal montrait une photo des enfants le crâne rasé, avec ce titre : "Tout ce qu'on fait, on le fait ensemble".

Jésus est arrivé et a instauré une troisième loi.
C'est ça la "loi de l'amour". Jésus en parle quand il dit : "Je vous donne un commandement nouveau : Aimez-vous les uns les autres".

Voilà qui a dû sembler extrême pour des gens qui vivaient encore sous l'autorité de deux lois très anciennes :

1. La vengeance. Avant Moïse, la vengeance gouvernait le pays : "Si tu me fais du mal, tu le paieras très cher". Les ennemis cherchaient par tous les moyens à régler les vieilles querelles pour éviter la vengeance car la vengeance était non seulement tolérée mais encouragée.

2. La rétribution. Au temps de Moïse, la vengeance est remplacée par la rétribution qui affirme "œil pour œil" (Lévitique 24.20). Vous pouviez faire à votre ennemi ce qu'il vous avait fait, mais pas plus. Ça peut sembler sévère à nos yeux mais à l'époque, il s'agissait d'un progrès majeur.

Puis Jésus est arrivé et a instauré une troisième loi : la loi de l'amour. Plus besoin de rendre coup pour coup, vous pouviez choisir de pardonner. Si vous ne pardonniez pas, vos prières restaient sans réponse. Ce nouveau commandement témoigne de l'amour inconditionnel de Dieu pour nous.

Une action pour aujourd'hui
La loi de l'amour devrait gouverner votre vie au quotidien. Bob Gass



_________________
Josy

Vous êtes aussi invité à visiter :
Roseraie: http://www.rosee.org/roseraie
Gouttes de rosée: http://www.rosee.org/rosee
Famille Biblique: http://www.rosee.org/famillebiblique
Rose d'automne: http://www.rosee.org/rosedautomne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rosee.org/rosee
Josy
Admin
avatar

Nombre de messages : 4199
Age : 85
Localisation : Annecy - France
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: Savoir se taire   Jeu 13 Oct 2016 - 5:55

Savoir se taire

"Je reste muet, je n'ouvre pas la bouche, car c'est toi qui agis" Psaume 39.10

Dans ce psaume 39, nous découvrons un David malheureux, en butte à la méchanceté de certains, mais surtout conscient de sa fragilité et de sa faiblesse humaines.

Cependant, il ne cède pas à la tentation de se défendre soi-même, de polémiquer avec ses ennemis. Il dit : "Je veillerai sur mes voies, de peur de pécher par ma langue ; je mettrai un frein à ma bouche, tant que le méchant sera devant moi." (verset 2). Il connaît le danger des discussions stériles qui engendrent des querelles (2 Tim. 2.23). Il préfère s'en remettre à Dieu qui saura régler le problème beaucoup mieux que lui.

Si l'on vous fait du mal, si l'on tient sur vous des propos mensongers, il ne vous est certes pas interdit de rétablir la vérité, si vous en avez l'occasion.

Mais comme David, ne cherchez pas à vous justifier à tout prix, et, comme lui, remettez votre cause entre les mains du Dieu tout-puissant. Il m'est arrivé, au cours de mon ministère, d'avoir à subir de douloureuses injustices. J'ai toujours appliqué le psaume 37, et Dieu m'a toujours justifié en son temps : "Recommande ton sort à l'Éternel, mets en lui ta confiance, et il agira. Il fera paraître ta justice comme la lumière, et ton droit comme le soleil à son midi. Garde le silence devant l'Éternel, et espère en lui..." (Ps. 37.5-7)

Il est vrai qu'accepter de se taire en de telles circonstances n'est ni facile ni agréable, et David l'exprime en ces termes : "Je suis resté muet, dans le silence ; je me suis tu, quoique malheureux ; et ma douleur n'était pas moins vive. Mon coeur brûlait au dedans de moi, un feu intérieur me consumait" (Ps. 39.3-4)

Mais le résultat en vaut largement la peine. Si vous apprenez à vous taire lorsque c'est nécessaire, vous découvrirez, comme l'a fait David, que Dieu est le Dieu des délivrances et vous serez un encouragement pour les autres : "J'avais mis en l'Éternel mon espérance ; et il s'est incliné vers moi, il a écouté mes cris. Il m'a retiré de la fosse de destruction, du fond de la boue ; et il a dressé mes pieds sur le roc, il a affermi mes pas. Il a mis dans ma bouche un cantique nouveau, une louange à notre Dieu ; beaucoup l'ont vu, et ont eu de la crainte, et ils se sont confiés en l'Éternel." (Ps. 40.2-4)

Une prière pour aujourd'hui
Père céleste, je veux apprendre à me taire et à te laisser agir. Je remets ma cause entre tes mains, car j'ai la certitude que tu sauras me défendre beaucoup mieux que je ne le ferais moi-même. En cet instant, je te fais entièrement confiance. Au nom de Jésus. Amen.   Jean-Claude Guillaume



_________________
Josy

Vous êtes aussi invité à visiter :
Roseraie: http://www.rosee.org/roseraie
Gouttes de rosée: http://www.rosee.org/rosee
Famille Biblique: http://www.rosee.org/famillebiblique
Rose d'automne: http://www.rosee.org/rosedautomne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rosee.org/rosee
Josy
Admin
avatar

Nombre de messages : 4199
Age : 85
Localisation : Annecy - France
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: La vie du "moi religieux" fait toujours la guerre à la vie de l'Esprit   Ven 14 Oct 2016 - 5:53

"Je t'aime d'un amour éternel; c'est pourquoi je te conserve Ma bonté." Jérémie 31:3

Par cet amour agissant, nous avons été retirés de la main de "Pharaon", et nous avons été attirés vers Dieu, notre Père céleste en Jésus-Christ. Cette puissance est constamment active en notre faveur; cet amour brise les liens qui nous lient à "l'Egypte" - le monde, le péché, la chair - et nous attache en même temps à notre Sauveur. Ainsi s'opère notre sanctification, qui est l'oeuvre du Saint-Esprit, opérant en nous par la Parole écrite et rendant efficace l'oeuvre de la croix dans nos vies.

Plus nous sommes livrés à notre Seigneur et plus nous sommes conscients de Sa présence.

Quand nous sommes prêts à accepter Sa volonté, Il nous affranchit en nous retirant hors de ce qui neutralise notre témoignage ou voile Sa communion. Notre sanctification ne se fait pas par chocs ou heurts, à moins que nous ne Lui désobéissions, mais dans la tranquillité et le repos. Le Saint-Esprit, n'est-Il pas l'huile d'onction, n'agit-Il pas comme la rosée? Son action est plus forte qu'aucun lien, qu'aucune habitude.

Apportons-Lui nos habitudes, nos attitudes, nos conceptions mentales provenant de la vaine tradition du siècle présent religieux ou incrédule. Que tout ce qui appartient à la vie du vieil homme soit dévoilé et détruit par l'Esprit de vie et d'amour. La vie du "moi religieux" fait toujours la guerre à la vie de l'Esprit; la "piété" traditionnelle et ses faux raisonnements menacent et disputent la vocation que nous avons faite nôtre. Combien peu de chrétiens sont sur leur garde dans ce domaine! Combien confondent la vie, le zèle et le service "religieux" avec ce qui est vraiment spirituel!

Que notre vie psychique, nos pensées et notre mentalité subissent l'influence sanctifiante et libératrice de cet amour qui attire à Dieu.

Tout cela, l'amour de Dieu le fait, cet amour dont nous avons tellement besoin, cet amour qu'Il est prêt à nous témoigner toujours davantage. Cet amour préside à la vie de Son enfant et ambitionne pour lui le meilleur. Il est répandu dans nos coeurs par le Saint-Esprit, afin de nous attirer à Christ et de faire paraître en nous ce qui provient de Lui. H.E. Alexander



_________________
Josy

Vous êtes aussi invité à visiter :
Roseraie: http://www.rosee.org/roseraie
Gouttes de rosée: http://www.rosee.org/rosee
Famille Biblique: http://www.rosee.org/famillebiblique
Rose d'automne: http://www.rosee.org/rosedautomne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rosee.org/rosee
Josy
Admin
avatar

Nombre de messages : 4199
Age : 85
Localisation : Annecy - France
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: Le Christ Jésus n’a aucune querelle avec son épouse.    Sam 15 Oct 2016 - 6:43

  Et il n’y a point en toi de défaut. {Cantique des cantiques 4:7}

Ayant déclaré son Église positivement remplie de beauté, notre Seigneur confirme sa louange par une précieuse négation : « il n’y a pas de tache en toi. » Comme si la réflexion venue à l’esprit du Marié était que le monde chicaneur insinuerait qu’il avait seulement mentionné les traits avenants, et avait négligé à dessein ce qui était déformé ou souillé, il résume tout en déclarant son universelle et entière beauté, totalement dépourvue de tache. Une tache peut être très vite enlevée, et c’est vraiment la moindre chose qui puisse défigurer la beauté, mais même de ce petit défaut le croyant est délivré aux yeux de son Seigneur.

S’il avait dit : il n’y a pas de cicatrice hideuse, pas de difformité horrible, pas d’ulcère mortel, nous aurions quand même pu être émerveillés ; mais lorsqu’il témoigne qu’elle est libre de la tache la plus insignifiante, toutes ces autres formes de souillure sont inclues, et la profondeur de notre émerveillement est augmentée.

S’il avait seulement promis d’enlever toutes les taches une à une, nous en aurions eu un motif éternel de joie ; mais lorsqu’il parle de cela comme étant déjà fait, qui peut retenir les émotions les plus intenses de la satisfaction et du plaisir ? Ô mon âme, il y a là moelle et embonpoint pour toi ; mange à satiété, et soit satisfaite de ces mets délicats et royaux.

Le Christ Jésus n’a aucune querelle avec son épouse. Elle s’écarte souvent de lui, et chagrine son Saint-Esprit, mais il ne permet pas à ses erreurs d’affecter son amour. Il la gronde quelquefois, mais c’est toujours de la plus tendre manière, avec les intentions les plus gentilles : Elle est « mon amour » même à ce moment. Il ne reste aucun souvenir de nos folies, il ne conserve aucune mauvaise pensée de nous, mais il pardonne et aime aussi bien après l’offense qu’auparavant. Il est bon pour nous qu’il en soit ainsi, car si Jésus était aussi attentif aux coups que nous le sommes, comment pourrait-il communier avec nous ?

De nombreuses fois un croyant se mettra lui-même à l’écart du Seigneur pour quelque tournure non prévue de la providence, mais notre précieux Mari connaît trop bien nos cœurs idiots pour prendre offense de nos mauvaises manières. Ch. Spurgeon



_________________
Josy

Vous êtes aussi invité à visiter :
Roseraie: http://www.rosee.org/roseraie
Gouttes de rosée: http://www.rosee.org/rosee
Famille Biblique: http://www.rosee.org/famillebiblique
Rose d'automne: http://www.rosee.org/rosedautomne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rosee.org/rosee
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Commencer une querelle, c’est ouvrir une brèche dans une digue   

Revenir en haut Aller en bas
 
Commencer une querelle, c’est ouvrir une brèche dans une digue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment faire intervenir Dieu dans nos études?
» Le Club Débat.
» Louise ⊱ Ouvrir les yeux dans les nuages
» Leona Lewis souhaite ouvrir un centre pour animaux
» Créer un club dans ma ville

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM ROSE D'AUTOMNE :: SELON LA PAROLE DE DIEU :: Gouttes de Rosée (Méditations journalières - un thème par semaine)-
Sauter vers: