FORUM ROSE D'AUTOMNE

L'ART DE VIVRE ET DE VIEILLIR SELON DIEU !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Forum pour quatre sites que je vous invite à visiter : La vie chrétienne: Gouttes de rosée : http://www.rosee.org/rosee - L’art de vieillir: Rose d’automne : http://www.rosee.org/rosedautomne - Vie communautaire: La roseraie: http://www.rosee.org/roseraie - Famille, Ecologie: http://www.rosee.org/famillebiblique - Bienvenue à tous ! Le but de ce forum est d'être une petite oasis pour chacun de ceux qui le visite... et Je prie le Seigneur de nous permettre de nous encourager, nous édifier et de le voir glorifié dans le partage de sa Parole, que chaque visite sur ce forum soit pour chacun de nous une bénédiction de plus dans notre vie. N’hésitons pas non plus à partager nos sujets de prières afin que plusieurs puissent intercéder avec nous… L'expression des dons de chacun est bienvenue....

Partagez | 
 

 Esther

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Josy
Admin
avatar

Nombre de messages : 4192
Age : 86
Localisation : Annecy - France
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: Esther   Jeu 28 Aoû 2014 - 9:02

ESTHER
Une reine qui risque sa vie pour son peuple
Lire Esther 4 :1- 5 :16  ; 7: 21-6 ; 8: 15-17


L’histoire d’Esther se déroule dans une capitale de L’empire Perse où les Juifs d’après l’exil étaient dispersés.
Le livre porte le nom de sa principale héroïne.  Ce nom vient probablement du perse stareh, étoile. Belle jeune fille dont le père s’appelait Abichaïl, probablement de la tribu de Benjamin. Son nom hébreu était Adassa  - myrte, arbre ou arbrisseau à feuilles coriaces, persistantes des régions méditerranéennes, c’est un arbre portant des fleurs blanches en formes d’étoiles, d’où le nom persan d’Esther. Cet arbre était le symbole de la nation juive durant l’exil.
Orpheline très jeune, Esther fut amenée à Suse métropole perse, par Mardochée, son cousin, qui l’adopta.
L’histoire d’Esther est remarquable. Il s’en dégage comme un parfum des contes de milles et unes nuits, mêlé à un relent des chambres à gaz d’Hitler. Sans une seule mention de Dieu dans tout le livre d’Esther, la présence divine  est pourtant évidente.
Esther entra en scène après le renvoi, par le roi, de la reine Wasthi. Elle devint l’épouse du très riche roi de Perse Assuérus  dont le règne s’étendait, environ 5 siècles avant JC., sur 25 provinces, de l’Inde à l’Ethiopie. Suse la capitale, situé à 300 km de Babylone, abritait son splendide palais d’Hiver dont le sol et les colonnes étaient de marbre et, les tentures blanches, vertes et bleues, retenues par des cordons de lin fin en tapissaient les parois. Les souverains et leurs invités se reposaient sur des canapés à montures d’or et d’argent. Lors des cérémonies, ils buvaient dans des vases d’or de formes richement variées !
Ce récit commence alors qu’Esther et Assuérus sont mariés depuis 5 ans…
Le nom d’Esther apparaît cinquante cinq fois dans ce livre qui porte son nom. Aucune autre femme n’est mentionnée autant de fois dans la Bible

- Assuérus : Le livre d’Esther dépeint sa sensualité, ses caprices, son manque de prévoyance, son despotisme, sa cruauté. Il était fils de Darius Hystaspe à qui il succéda sur le trône de Perse, en 486 avant Jésus-Christ. Une inscription trouvée à Persépolis énumère toutes les nations soumises à sa domination, confirmant pleinement ce que dit la Bible. La 7e année de son règne, il rentra vaincu dans son pays et chercha une consolation dans les plaisirs de son palais. C’est alors qu’il fit rassembler de belles jeunes filles de tout son empire, et qu’il épousa Esther. En 465, Xerxès fut assassiné par l’un de ses courtisans.

- Vasti : la bien-aimée (cf. avesta : la meilleure). Épouse d’Assuérus, roi de Perse, qui la répudia parce qu’elle avait refusé de se présenter lors d’un festin… Vasti, reine de Perse était la femme la plus puissante du Moyen Orient, pourtant sa puissance était aussi fragile qu’une bougie dans la tempête. Un jour son mari la somma de faire une apparition au cours d’un banquet réunissant les nobles de sa cour. Mais Vasti n’avait aucune envie de parader, comme une génisse dans un concours devant des hommes ivres. Elle refusa. Parce qu’elle avait refusé elle fut bannie pour toujours de la présence royale.

- Haman : était un Amalécite entré en grâce à la cour. Il était si haut placé dans la hiérarchie que d’autres fonctionnaires se mettaient à genoux devant lui en signe de respect. Un homme cependant refusait de s’incliner. C’était le Juif Mardochée. Haman en conçu une telle rancœur qu’il décida d’éliminer toute la race juive de l’empire. Il consulta les dieux pour en connaître le meilleur moment en jetant le «Pour», (c'est-à-dire le sort). La date communiquée fut onze mois plus tard, le 7 mars de notre calendrier.

- A cette époque beaucoup de juifs vivaient dans ce pays. Mardochée et sa cousine orpheline comptaient au nombre de ces exilés à plus de 1000 km de Jérusalem.

Mardochée, peut-être d’un mot perse signifiant: petit homme - Benjamite déporté avec le roi Yekonia, en 597 avant Jésus-Christ. Il éleva Hadassa (Esther), fille de son oncle. Mardochée l’adopta quand elle devint orpheline de père et de mère. Esther suivit ses instructions lors des événements qui firent d’elle une reine de Perse, l’une des épouses d’Assuérus.

Mardochée informa le roi, par Esther, de l’imminence d’un attentat ; les 2 conspirateurs furent exécutés En une nuit d’insomnie, le souverain se fit lire les annales du royaume et apprit que Mardochée, qui lui avait sauvé la vie lors du complot des 2 eunuques, n’avait point été récompensé. Au matin, le monarque ordonna à Haman de promener Mardochée, monté sur le cheval du roi, à travers Suse, et de proclamer : « C’est ainsi qu’est traité l’homme que le roi veut honorer ! » Or Haman s’était rendu auprès d’Assuérus dans le but de faire pendre Mardochée. L’élévation de ce dernier marqua le début de la disgrâce d’Haman, qui perdit la vie avec ses fils. Mardochée occupa le second rang dans l’Empire.

- Douce et très belle, Esther se révèle être de la trempe des héros. Elle accepte de faire ce qui lui est demandé pour sauver son peuple, même si cela comporte de grands dangers.
Elle est consciente de sa faiblesse et de ne pouvoir agir qu’accompagnée de prières.
Sa nouvelle position et le faste du palais ne lui ont pas tournés la tête et ne l’ont pas amené à mépriser son bienfaiteur.
Elle accomplit un exploit, non pas en indépendante. En effet, si elle a pu jouer le rôle qui fut le sien, c’est grâce à son obéissance à celui qui avait remplacé son père.
Elle était prête à mourir pour son peuple.
Elle est fine, prudente, intelligente, et prépare bien son intervention.
Elle attend le moment de Dieu  - Elle est sage, et contrôle ses émotions.
Il est dit d’elle : « Qu’elle trouvait grâce au yeux de ceux qui la voyait »
Cette crise mit en lumière la force déterminante de sa vie, à savoir Dieu, dont elle allait accepter les plans et faire la volonté !
« Esther apparaît sous les traits de l’héroïne hors pair qui arrache sa nation au désastre; comme femme, elle est cette individualité rare, empreinte à la fois de charme, de force et de finesse d’esprit; un être humain dont le caractère ne s’est pas laissé corrompre par les richesses, la prospérité, le pouvoir. Dr H. Lockyer. »

« Ne t’imagine pas qu’étant dans le palais impérial, tu seras épargnée à la différence de tous les autres Juifs ! Bien au contraire ! Car si tu persistes à garder le silence dans les circonstances présentes, le salut et la délivrance viendront d’ailleurs pour les Juifs, alors que toi et ta famille, vous périrez. D’ailleurs, qui sait si ce n’est pas en vue de telles circonstances que tu es devenue impératrice ? »
L’argument de Mardochée est d’une netteté brutale. La mort l’attendait, qu’elle s’approchât du roi ou non ; elle n’avait donc rien à perdre. Si elle y manquait, alors le secours viendrait d’ailleurs. Mardochée était convaincu que la nation juive serait épargnée de l’extermination d’une manière ou d’une autre, mais il se pouvait que la jeune femme soit l’instrument choisi pour dénouer cette crise particulière. Le nom de Dieu n’est pas mentionné, mais Esther est incitée à reconnaître qu’il y a un plan divinement ordonné pour sa vie, et que c’était là, la grande heure de sa destinée.
Cette phrase nous parle du message principal du livre d’Esther qui est: que Dieu dirige les individus comme les empires tout en veillant sur les croyants comme cela est précisé avec ce qu’en dit la femme d’Haman : Si ce Mardochée devant qui tu as commencé à être humilié est Juif, tu ne pourras rien contre lui. Tu peux être certain que tu continueras à déchoir devant lui.

Ce passage sert aussi d’avertissement  aux antisémites de tous les temps.
Pour sauver son peuple Dieu choisit quelques uns et, s’ils refusent il prendra d’autres moyens.
Dieu nous choisit chacun pour des œuvres différentes. Nous sommes toujours libre d’accepter ou de refuser.
Dieu nous dit que ce que l’on fait à l’un de ces enfants c’est à Dieu qu’on le fait.

- Les sacs étaient des vêtements en étoffes grossières, sombres d’ordinaire en poils de chèvres portés en signe de deuil, d’affliction. Vêtements ressemblants à un sac fendu par devant et présentant des ouvertures pour le cou et les bras.
La cendre est symbole de  la reconnaissance de son état de faiblesse – l’humilité.
Le jeune est une période d’abstinence. Il y a 3 genres de jeûnes: Total: ni eau, ni nourriture - Normal: sans nourriture mais avec boisson - Partiel: manger sobrement.
Il est question aussi de jeune sexuel et de jeûner de différentes choses.
Il est possible de jeûner seul ou en groupe.
Le but du jeûne est d’humilier l’âme - de donner plus de force à la prière.
Le jeûne ne se borne pas à une pratique extérieure, il implique l’abandon du mal.
Le jeûne ne figure pas dans la loi de Moïse, La 1re mention d’un jeûne volontaire se rapporte au roi David, refusant de manger lorsqu’il suppliait Dieu de sauver l’enfant du péché, le fils de la femme d’Urie,  puis, il y eut de nombreux jeûne.
Le jeûne n’est pas imposé aux chrétiens.

Quand à Esther,  elle accepte le défi, sa réponse révèle son sentiment profond d’insuffisance. Son appel à l’aide par un jeûne de trois jours montre son attente d’un secours divin. Si je dois périr, je périrai. Esther prend sa résolution avec beaucoup de courage. Pendant les jours de jeûne la démarche à effectuer lui est de toute évidence devenue claire.

Personne, pas même la reine n’était autorisée à se présenter devant le roi sans y être autorisé. Enfreindre cette loi signifiait : risquer sa vie. De + n’ayant pas vu le roi depuis 1 mois, elle ne savait pas si ses sentiments envers elle avait changé. Mais courageusement elle dit : Malgré la loi, j’irai vers le roi et, si je doit périr, je périrai… Elle est consciente du grand danger qu’elle encourt, comme d’ailleurs  tout le monde l’était - cependant elle est prête à donner sa vie.
Jésus a dit: Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis !
Le plus grand exemple de sacrifice consiste à mourir pour ses amis. Les disciples de Christ sont appelés à ce type de dévouement. Certains donnent leur vie de façon littérale ; d’autres consacrent leur vie entière à servir sans relâche le peuple de Dieu. Le Seigneur Jésus constitue l’exemple par excellence, car Il donna sa vie pour ses amis. Certes, lorsqu’Il mourut pour eux, ils étaient ses ennemis, mais quand ils furent sauvés, ils devinrent ses amis. Aussi est-il exact d’affirmer qu’Il mourut à la fois pour ses amis et pour ses ennemis.
Paul a dit aussi: Ma vie m’importe peu, je ne lui accorde aucun prix ; mon but c’est d’aller jusqu’au bout de ma course et d’accomplir pleinement le service que le Seigneur m’a confié… Esther, sans connaître ces paroles, dirigée par l’Esprit de Dieu et sa consécration les met en pratique

L’intervention d’Esther entraîna pour son peuple :
* L’extermination des juifs empêchée
* Les juifs eurent la permission de se défendre
* Les juifs dominèrent leurs ennemies.
* Le nombre des juifs s’est accru car plusieurs à la suite de cela se firent juifs
* Mardochée acquiert une haute position qui lui permet de rechercher le bien de son peuple
* Cette action donna naissance a une fête de reconnaissance qui se pratique encore aujourd’hui. Les générations à venir sont appelés à se souvenir de ce jour « où la douleur avait été changé en joie »!  Il s’agit de la fête de Pourim – Pourim en hébreu pour, pluriel pourim, sort, lot.
Le 1er ministre d’Assuérus avait fixé, en jetant le sort, le jour favorable à l’exécution de son plan. La fête se célèbre encore le 14 et le 15 du mois d’Adar, approximativement en février - début mars.
Le 13 au soir les juifs jeûnent, le 14 au matin ils se réunissent à la synagogue. Le livre d’Esther est lu dans les synagogues du monde entier. Les riches distribuent des cadeaux aux pauvres.
Dans les siècles qui suivirent cette fête devint un carnaval où les participants portent des masques et des déguisements. La célébration atteint son point culminant lors de la lecture du livre d’Esther, accompagnée de huée et de sifflement quand apparaissait le nom du méchant Haman et d’acclamation quand il est question d’Esther et de Mardochée
 
Le livre d’Esther a commencé avec une fête qui durait 6 mois, il s’achève avec une autre, célébrée pendant des siècles en reconnaissance à la grâce de Dieu.

Dieu cherche des hommes et des femmes qui protègent leurs semblables aussi bien en accomplissant des actes qui mettent leur vie ou leur privilège en danger et qui, selon les cas persévèrent dans la prière.
Nos situations peuvent quelquefois nous permettre de résoudre certains problèmes au risque de perdre nos privilèges: Car celui qui est préoccupé de sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie à cause de moi, la retrouvera - Le Seigneur révèle deux obstacles principaux sur le chemin de la consécration. Il y a d’abord la tentation naturelle de sauver sa vie, c.-à-d. d’éviter l’inconfort, la souffrance, la solitude ou les pertes. Il y a ensuite la tentation de s’enrichir. Jésus met en garde contre le premier piège en disant que ceux qui s’accrochent à la vie dans un but égoïste ne trouvent jamais l’épanouissement. En revanche, ceux qui lui abandonnent leur vie sans réserve, quel que soit le prix à payer, ceux-là trouvent un sens à leur existence.
Dieu se sert d’instruments humains pour accomplir ses plans.
Esther n’a regardé à son propre intérêt – elle a agit avec circonspection – sagesse – sans précipitation et, après avoir passé du temps dans le jeûne et la prière, vêtue avec soin elle est prête a donner sa vie pour son peuple.

La première direction de Dieu pour nous dans ce récit est de briller! En effet, en toute circonstance dans le milieu où nous sommes placé nous devons briller « Dans cette humanité, vous brillez comme des flambeaux dans le monde, en portant la Parole de vie ».

Par ce récit Dieu nous enseigne aussi qu’Il accorde à ses enfants Sa direction lorsqu’ils la recherchent et il nous la révèle par les moyens suivants :
* Par Sa Parole: Celui qui m’aime, c’est celui qui a mes commandements et qui les garde
* Par la prière : Dieu a montré qu’il accorde à ses enfants ses directions lorsqu’ils la recherche au moment de prendre des décisions. Celle-ci devraient s’appuyer sur la Parole de Dieu et être mûries dans la prière dans la consultation à plusieurs
* Par les conseils de personnes sages  « Quand on ne consulte personne, les projets échouent, mais lorsqu’il y a beaucoup de conseillers, ils se réalisent. » Cela bien sur, fondées sur une conviction intérieure du St Esprit * elles se verront confirmées par Dieu au moyen de concours de circonstance favorables.
Pour Esther, elle a trouvé grâce aux yeux du roi !

Leçons principales de ce récit ?
* 1 - Il est clair ici que Dieu fait grâce aux siens dès qu’Ils le recherchent. Comme Esther ne négligeons pas la prière !
* 2 -Quel bel exemple que celui d’Esther qui, dans un monde païen et dépravés fait briller une foi humble et une noblesse de cœur ! Plus la nuit est obscure, plus la lumière brille. Les chrétiens sont des flambeaux ou des portes flambeaux. Ils ne peuvent créer la lumière, mais ils peuvent refléter la gloire du Seigneur de façon à ce que d’autres puissent voir Jésus en eux et diriger leur attention sur la Parole qui les dirige et dirigera ceux qui seront touchés par leur témoignage.
* 3 - Dans ce livre l’obéissance envers les anciens est souligné «elle écoute et obéit à Mardochée»
* 4 - ainsi que la patience, elle attend de comprendre comment agir et le moment de Dieu pour le faire  
* 5 - L’importance du don de notre vie pour nos amis, c’est la plus grande preuve d’amour qu’on puisse leur donner. Contempler Jésus mourant sur la croix sera toujours le meilleur moyen de se pénétrer de la grandeur de son amour.
Josette Risnes - d’après «Eve et ses filles » de Gina Karssen et certains commentaires de la «Bible Online»

_________________
Josy

Vous êtes aussi invité à visiter :
Roseraie: http://www.rosee.org/roseraie
Gouttes de rosée: http://www.rosee.org/rosee
Famille Biblique: http://www.rosee.org/famillebiblique
Rose d'automne: http://www.rosee.org/rosedautomne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rosee.org/rosee
 
Esther
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Reine Esther (Film)
» La prophétie dans le livre d'Esther
» Gulshan Esther : Une pakistanaise qui voit Jésus et les apôtres....
» si tu te tais, le secours viendra d'ailleurs (Esther 4:14)
» Le choix de Dieu ou Esther

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM ROSE D'AUTOMNE :: FEMMES DE LA BIBLE :: Femmes de la Bible A.T-
Sauter vers: