FORUM ROSE D'AUTOMNE

L'ART DE VIVRE ET DE VIEILLIR SELON DIEU !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Forum pour quatre sites que je vous invite à visiter : La vie chrétienne: Gouttes de rosée : http://www.rosee.org/rosee - L’art de vieillir: Rose d’automne : http://www.rosee.org/rosedautomne - Vie communautaire: La roseraie: http://www.rosee.org/roseraie - Famille, Ecologie: http://www.rosee.org/famillebiblique - Bienvenue à tous ! Le but de ce forum est d'être une petite oasis pour chacun de ceux qui le visite... et Je prie le Seigneur de nous permettre de nous encourager, nous édifier et de le voir glorifié dans le partage de sa Parole, que chaque visite sur ce forum soit pour chacun de nous une bénédiction de plus dans notre vie. N’hésitons pas non plus à partager nos sujets de prières afin que plusieurs puissent intercéder avec nous… L'expression des dons de chacun est bienvenue....
Sujets similaires
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Forum
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland

Partagez | 
 

 Voyages et voyageurs...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Josy
Admin
avatar

Nombre de messages : 4267
Age : 86
Localisation : Annecy - France
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: Le voyage de la mort peut-être ténébreux   Sam 5 Juin 2010 - 8:33

Lève-toi et pars. {Michée 2:10}

L’heure arrivera, heure à laquelle ce message s’adressera à nous, comme il s’adresse à tous : "Lève-toi et pars, quitte la maison que tu as habitée, la ville où tu as traité tes affaires, quitte ta famille et tes amis. Lève-toi, et pars pour le dernier voyage. Mais que savons-nous de ce voyage ? Que connaissons nous du pays de destination ? Peut-être avons nous eu quelques révélations de l’Esprit ? Mais comme nous savons peu de choses du domaine de l’Au-delà ! Nous savons qu’il existe une rivière sombre et tumultueuse appelée « la Mort ». Dieu nous invite à la traverser, nous promettant d’être à nos côtés.

Mais qu’y a-t-il après la mort ? Quel monde merveilleux s’ouvrira devant nos yeux ébahis ? Quelle glorieuse vision sera dévoilée à nos regards ? Aucun voyageur n’en est jamais revenu pour nous le dire.

Mais, nous en connaissons assez sur les lieux Célestes pour accueillir avec joie et bonheur notre convocation pour les Cieux.

Le voyage de la mort peut-être ténébreux, mais nous devons aller de l’avant sans peur aucune, sachant que Dieu est avec nous quand nous traversons la sombre vallée, et par conséquent, nous ne devons craindre aucun mal.

Nous quitterons tout ce que nous avons connu et aimé ici-bas, mais nous irons à la maison du Père, la maison de notre Père où se trouve Jésus, cette Cité Royale qui a de solides fondements et dont Dieu est l’architecte et le constructeur. Ce sera notre dernier déménagement, et nous habiterons pour toujours chez Celui que nous aimons, au milieu de Son peuple, dans la présence de Dieu.

Ami chrétien, médite beaucoup sur le Ciel, cela t’aidera à poursuivre ton travail, et à oublier les difficultés du moment. Cette vallée de larmes n’est que le passage qui conduit à un pays meilleur, ce monde de malheur est le seuil qui amène à un monde de félicité.

Seigneur, par Ta divine grâce, prépare-nous
Pour tes parvis resplendissants et si haut élevés,
Et que notre esprit s’élève et se joigne
Aux chœurs de ton Armée. Ch. Spurgeon





_________________
Josy

Vous êtes aussi invité à visiter :
Roseraie: http://www.rosee.org/roseraie
Gouttes de rosée: http://www.rosee.org/rosee
Famille Biblique: http://www.rosee.org/famillebiblique
Rose d'automne: http://www.rosee.org/rosedautomne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rosee.org/rosee
Josy
Admin
avatar

Nombre de messages : 4267
Age : 86
Localisation : Annecy - France
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: Pierre rappelle aux chrétiens qu’ils sont des étrangers et des voyageurs dans le monde   Sam 5 Juin 2010 - 8:26

LES RELATIONS DU CROYANT (Pierre 2.11-4.6)

A. Comme pèlerin dans la relation avec le monde (2.11, 12)

La suite de cette épître concerne principalement la conduite qui devrait caractériser le chrétien dans les divers domaines de la vie. Pierre rappelle aux chrétiens qu’ils sont des étrangers et des voyageurs dans le monde, et que ce fait devrait laisser son empreinte sur toute leur conduite. Ils sont étrangers, car ils vivent dans un pays étranger où ils ne disposent pas des droits de citoyens. Ils sont voyageurs, car ils sont obligés de vivre pendant un certain temps dans un lieu qui n’est pas leur résidence permanente.

Les cantiques d’hier nous rappellent notre statut de pèlerin. Comme celui-ci :
Etranger sur la terre,
Je marche avec bonheur,
Vers la maison du Père,
Vers la maison où m’attend le Seigneur.
Oh ! Quand sera-ce que, face à face,
Pour toujours près de toi,
Je te verrai, mon Roi ?
- E.L. Budry (Sur les Ailes de la Foi, cantique n° 422)

Ces sentiments sont rares dans nos cantiques modernes.

Quand l’Eglise est installée dans le monde, il semble hypocrite de chanter des paroles qui ne correspondent plus à notre expérience.

Quand nous lisons l’exhortation à nous abstenir des convoitises charnelles qui font la guerre à l’âme, nous pensons aussitôt aux péchés sexuels. En réalité, l’application va beaucoup plus loin ; elle se réfère à tout désir intense incompatible avec la volonté de Dieu. Elle inclut les exagérations dans le domaine de la nourriture ou de la boisson, les heures excessives passées au lit, la volonté d’amasser des biens matériels et le désir de plaisirs mondains. Toutes ces choses combattent sans cesse notre bien-être spirituel. Elles entravent notre communion avec Dieu et ralentissent notre croissance spirituelle. Mc Donald


_________________
Josy

Vous êtes aussi invité à visiter :
Roseraie: http://www.rosee.org/roseraie
Gouttes de rosée: http://www.rosee.org/rosee
Famille Biblique: http://www.rosee.org/famillebiblique
Rose d'automne: http://www.rosee.org/rosedautomne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rosee.org/rosee
Josy
Admin
avatar

Nombre de messages : 4267
Age : 86
Localisation : Annecy - France
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: Ordesa, la randonnée de la vie   Ven 4 Juin 2010 - 16:11

Ordesa, la randonnée de la vie

La nature nous conte les merveilles de Dieu, elle témoigne de sa magnificence. À sa manière, elle illustre certaines vérités contenues dans la Bible.


Dans les Pyrénées Espagnoles, se trouve le Canyon d’Ordesa. Un petit centre d’accueil et d’informations délimite le point de départ d’une randonnée de quelques quinze kilomètres, permettant d’atteindre un cirque, dominé par l’imposant « Mont Perdu ».

La configuration du parcours est particulière. Au début, l’on suit un chemin très large, ombragé, mais montant d’une manière constante. Puis, progressivement, le chemin se resserre ; nous marchons maintenant sur un sentier étroit, caillouteux, dont le dénivelé exige maints efforts. De plus, la végétation étant quasi-inexistante à cet endroit, la chaleur du soleil fait s’accroître la difficulté. Enfin s’ouvre une vaste étendue plate, fermée par une barrière montagneuse.

Ce qui est remarquable, dans ce périple, est qu’il lui est associé, du début à la fin, le cours d’un torrent. Celui-ci est omniprésent. Parfois tout proche, soudain à plusieurs mètres, quelquefois en contrebas. Mais il est là, constant, le grondement de ses flots affirmant la réalité de son existence. Parfois il semble jouer, ses eaux bondissant en gradins successifs, puis effectuant des sauts de plusieurs mètres, pour aller se reposer dans de profonds bassins avant de continuer sa course.

Éreinté par la marche, le randonneur se plaît à le contempler quelques instants. Les yeux remplis de merveilles, il se remet en route, encouragé à poursuivre ses efforts, certain de bénéficier, plus loin, d’autres spectacles ravissants.

Cette expédition image fort bien le pèlerinage du chrétien sur cette terre.

La route est longue, semée d’obstacles. Limite des capacités humaines, embûches générées par les éléments extérieurs, s’ajoutent à la difficulté du parcours. Mais si nous avons le regard fixé sur Jésus et sur sa Parole, ce torrent qui alimente notre foi, alors nous pourrons parvenir au terme de notre voyage. Parfois, le Seigneur semble loin, mais il est à proximité, en réalité. Lorsque l’épuisement pèse trop lourd sur nos épaules, le fleuve divin croise tout à nouveau notre chemin, afin de nous rafraîchir et nous mener plus en avant.

Revenons maintenant à notre cirque ; le spectacle est grandiose. Là bas, au loin, se dresse, majestueux, le sommet du Mont Perdu. Plus près, l’on peut admirer une magnifique cascade. Celle-ci constitue, en quelque sorte, la finalité de la promenade, le but.

Lorsque s’achèvera notre parcours terrestre, toutes les vicissitudes de la vie, les difficultés, les douleurs, les combats, les blessures occasionnées par la marche, seront en un instant oubliés. Les yeux fixés sur Jésus, la Source, nous serons à jamais consolés.

« Il me montra le fleuve d’eau de la vie, limpide comme du cristal, qui sortait du trône de Dieu et de l’Agneau. Au milieu de la place de la ville et sur les deux bords du fleuve, se trouve l’arbre de vie, qui produit douze récoltes et donne son fruit chaque mois. Les feuilles de l’arbre servent à la guérison des nations. Il n’y aura plus d’anathème. Le trône de Dieu et de l’Agneau sera dans la ville. Ses serviteurs le serviront et verront sa face, et son nom sera sur leurs fronts. La nuit ne sera plus, et ils n’auront plus besoin ni de la lumière d’une lampe, ni de la lumière du soleil, parce que le Seigneur Dieu les éclairera. Et ils règneront aux siècles des siècles » (Apocalypse 22 v. 1 à 5). Source : Lueur Carine Madi


_________________
Josy

Vous êtes aussi invité à visiter :
Roseraie: http://www.rosee.org/roseraie
Gouttes de rosée: http://www.rosee.org/rosee
Famille Biblique: http://www.rosee.org/famillebiblique
Rose d'automne: http://www.rosee.org/rosedautomne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rosee.org/rosee
Josy
Admin
avatar

Nombre de messages : 4267
Age : 86
Localisation : Annecy - France
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: Il nous conduira jusqu’à ce que nous ayons atteint en paix le terme de notre voyage   Mer 2 Juin 2010 - 8:34

Il sera notre guide jusqu’à la mort. {Psaume 48:14}

Un guide nous est indispensable. Il est des cas où nous donnerions tout ce que nous possédons pour savoir ce que nous avons à faire et de quel côté nous tourner. Nous avons la volonté de bien faire, mais nous hésitons entre deux routes à suivre. Oh, qui nous donnera un guide ?

L’Éternel notre Dieu condescend à nous servir de guide. Il connaît le chemin et nous conduira jusqu’à ce que nous ayons atteint en paix le terme de notre voyage. Peut-on désirer une direction plus sûre ? Mettons-nous entièrement sous sa conduite, et nous ne risquerons pas de manquer la route.

Faisons de lui notre Dieu, et nous trouverons en lui notre guide. Si nous suivons sa loi, nous ne nous fourvoierons point dans la vie, pourvu que nous apprenions avant tout à nous appuyer sur lui à chaque pas.

Nous avons l’assurance que, s’il est notre Dieu à toujours et à perpétuité, il ne cessera jamais de nous diriger. Il nous conduira même « jusqu’à la mort » pour que nous habitions avec lui pour l’éternité. Cette promesse de la conduite divine nous garantit la sécurité pour notre vie entière : Salut tout d’abord, direction ensuite et jusqu’à notre dernière heure, enfin vie bienheureuse à jamais.

Chacun ne devrait-il pas chercher Dieu dès son jeune âge, se réjouir en lui durant sa vie et se reposer sur lui dans sa vieillesse ? Regardons aujourd’hui à lui pour être guidés, afin de pouvoir nous confier encore en lui à l’heure de notre départ.
Ch. Spurgeon


_________________
Josy

Vous êtes aussi invité à visiter :
Roseraie: http://www.rosee.org/roseraie
Gouttes de rosée: http://www.rosee.org/rosee
Famille Biblique: http://www.rosee.org/famillebiblique
Rose d'automne: http://www.rosee.org/rosedautomne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rosee.org/rosee
Josy
Admin
avatar

Nombre de messages : 4267
Age : 86
Localisation : Annecy - France
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: Voyage vers l'inconnu   Mar 1 Juin 2010 - 16:12

Voyage vers l'inconnu

Au delà des mers
Les motifs qui ont poussé Christophe Colomb vers l'aventure de sa vie étaient sans doute bien ordinaires: l'or, la conquête de terres nouvelles et assurément le désir d'être célèbre.
Il lui a néanmoins fallu une bonne dose de courage et de persévérance pour se risquer sur une route totalement inconnue. Le bruit même courrait qu'il n'y avait plus rien au bout de l'océan, seulement le néant, un gouffre prêt à engloutir à toujours ceux qui s'y risqueraient.

On disait...On disait beaucoup de choses. Mais Colomb gardait par devers lui des notes rares de savants perspicaces et de quelques hardis navigateurs qui affirmaient déjà que la terre était ronde et tournait comme tout l'univers que Dieu a fait. Le monde ne s'arrêtait pas donc bêtement sur quelque trou béant. Il y avait au-delà une route vers l'autre côté du globe, vers les terres fabuleuses de l'Orient!

Des trois vaisseaux qui composaient la flottille, l'un renonça, les matelots des deux autres perdaient souvent courage et devaient être sans cesse stimulés, car il n'y avait jamais rien sur l'horizon. Pourtant quelques signes discrets de ces terre inconnues, oiseaux, débris divers ou herbes flottantes soutenaient la conviction de quelques uns sans toutefois convaincre les autres...Jusqu'au jour où la vigie cria soudain le mot magique:"Terre!...Terre!" confirmant enfin des dires du capitaine.

Au-delà de la vie
Il n'y a plus aujourd'hui beaucoup de choses à découvrir sur notre vieille terre c'est pourquoi la curiosité se tourne vers l'espace. Il reste cependant encore bien des questions essentielles et embarrassantes telles que: Où allons nous? Où finit notre voyage? Qu'y a-t-il au delà de la vie? Qui peut nous renseigner et nous conduire?

Un jour pourtant au milieu de ces incertitudes quelqu'un est venu, porteur de réponses: Jésus-Christ, celui qui vient du ciel comme dit l'évangile de Jean (Jn 3.31). Il a parlé de "la vie éternelle", car c'est justement la vie qui ne s'arrête pas tout d'un coup sur rien. Celui qui croit en moi a la vie éternelle a-t-il déclaré (Jn 6.47). Mais pour aller où?

De ce lieu mystérieux au bout de notre voyage, aussi appelé "la Maison du Père", Jésus lui-même a dit peu de choses sinon qu'on y est consolé (Lc 16.25).

Par contre les disciples ont recueilli de sa bouche deux informations essentielles, consignées dans leurs Mémoires, c'est à dire les évangiles. La première, c'est sa compagnie : Je reviendrai, je vous prendrai avec moi afin que là où je suis, vous soyez aussi (Jn 14.3). L'autre, c'est Je suis le chemin et la vérité et la vie, nul ne vient au Père que par moi (Jn 14.6). Le chemin qui mène vers la maison du Père est donc unique et exclusif.

Il traverse néanmoins des tempêtes comme toute vie d'homme et exige de la persévérance car les motifs de découragement ne manquent pas.

Lors de cette fameuse traversée vers les terres inconnues où se rendait Christophe Colomb deux obstacles devaient être d'abord surmontés. Il fallait croire que le capitaine avait raison et lui faire confiance, bien que lui n'eût jamais fait le voyage. Il fallait ensuite obtenir un place à bord. Or il y en avait très peu, vu la taille des embarcations.

À l'inverse, Jésus a affirmé avec assurance: Je dis ce que j'ai vu chez mon Père (Jn 8.38).

De plus, pour suivre Jésus et entrer dans la demeure du Père, le nombre de places est illimité. Il y a beaucoup de maisons dans la demeure de mon Père (Jn 14.2). Et ajoutant dans une des paraboles qu'il aimait raconter: "Contrains les gens d'entrer pour que ma maison soit remplie!" (Lc 14.23), en précisant aussi: Je ne mettrai pas dehors celui qui vient à moi! (Jn 6.37).

Pour suivre Jésus et être reçu dans la Demeure du Père, le nombre de place est donc illimité.

Le seul obstacle ne peut venir que du refus de croire à l'invitation ainsi offerte et de l'hésitation à faire confiance au "Chef de l'expédition". Il vaut donc la peine d'y réfléchir car il n'y a, même aujourd'hui, aucun autre chemin que Jésus-Christ pour atteindre un jour la Maison du Père, c'est à dire là seulement où se poursuit la vie promise et décrite dans l'Évangile. Dr. Jean-Louis Richardeau


_________________
Josy

Vous êtes aussi invité à visiter :
Roseraie: http://www.rosee.org/roseraie
Gouttes de rosée: http://www.rosee.org/rosee
Famille Biblique: http://www.rosee.org/famillebiblique
Rose d'automne: http://www.rosee.org/rosedautomne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rosee.org/rosee
Josy
Admin
avatar

Nombre de messages : 4267
Age : 86
Localisation : Annecy - France
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: Nos pieds de pèlerins et de voyageurs doivent être chaussés d'airain   Mar 1 Juin 2010 - 15:29

"Ta chaussure sera de fer et d'airain, et ta force durera autant que tes jours."
Deutéronome 33:25

La bénédiction accordée à la tribu d'Aser est à retenir, car la promesse matérielle qui lui est faite a une portée spirituelle pour notre service. Aser est béni dans sa postérité, dans ses relations avec ses frères; il lui est aussi promis qu'il "lavera ses pieds dans l'huile". Et ensuite viennent les promesses de notre texte.

Une chaussure de fer et d'airain. Que signifie l'airain? A travers la Bible, ce métal symbolise le jugement sur le mal et l'iniquité. Avant qu'il puisse être question pour nous de posséder la résistance et la force du fer, il nous faut une attitude de jugement à l'égard du mal. Nos pieds de pèlerins et de voyageurs doivent être chaussés d'airain. Que notre marche soit libre; point de compromis ou de faiblesse à l'égard du mal! Mais par la grâce de Dieu soyons obéissants à toute la vérité qui nous est révélée.

Ensuite, les soldats de Christ qui Le suivent où qu'Il les conduise, sont chaussés de fer. Dieu nous donne force et endurance afin que nous puissions poursuivre la course avec Lui, persévérer dans la lutte et parcourir sans fatigue, sans blessure et sans usure le chemin qu'Il nous a ouvert en Précurseur. Si nous portons Ses chaussures de fer et d'airain, qu'importe que le chemin soit rocailleux, pénible et dur. C'est le Sien; nous marchons dans Ses traces.

L'épreuve, la tentation, la fatigue, sont-elles là? Faisons nôtre cette promesse! Ne nous laissons surprendre par aucun piège. Celui qui nous a appelés est fidèle. Il nous a tracé une route dure, difficile et dangereuse, mais Il veut que nous y marchions victorieusement. Ta chaussure sera de fer, et... n'oublions pas, aussi d'airain!

Et le secret de la victoire, n'est-ce pas l'huile du Saint-Esprit? Quel beau contraste: "Il lavera ses pieds dans l'huile. Ta chaussure sera de fer et d'airain!!" C'est le Saint-Esprit qui donne la persévérance, qui protège du mal et rend victorieux. Ainsi le croyant peut vivre et marcher ici-bas de manière à glorifier son Sauveur, Lui amener des âmes, être un secours à ses semblables.

Et comme dans la promesse faite à Aser, il est "béni en enfants..., agréable à ses frères". Méditation biblique quotidienne - par H.E. Alexander


_________________
Josy

Vous êtes aussi invité à visiter :
Roseraie: http://www.rosee.org/roseraie
Gouttes de rosée: http://www.rosee.org/rosee
Famille Biblique: http://www.rosee.org/famillebiblique
Rose d'automne: http://www.rosee.org/rosedautomne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rosee.org/rosee
Josy
Admin
avatar

Nombre de messages : 4267
Age : 86
Localisation : Annecy - France
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: ETRANGERS ET VOYAGEURS... OU BIEN DEMENAGEURS?   Lun 31 Mai 2010 - 17:07

ETRANGERS ET VOYAGEURS... OU BIEN DEMENAGEURS?

Parmi les légions de voyageurs qui sillonnent les routes de l'été, on remarque généralement que deux catégories de transhumants se distinguent nettement l'une de l'autre:
...les hyper-lestés
...les hyper-légers

Les premiers ne peuvent passer inaperçus, car ils sont à l'origine de fréquents et pénibles «bouchons». Traînant avec eux un domicile complet (mobilhome extra-long, caravane extra-large), voire un yacht ou un planeur, ces faux-nomades sont équipés pour recréer, où qu'ils s'établissent, des conditions de vie aussi proches que possible de leur milieu originel. Ainsi, enveloppés dans leurs objets familiers, ils préviennent à coup sûr l'inconfort, l'improvisation et le déracinement.

Les hyper-légers sont plus discrets. Sac au dos et baskets aux pieds, ou juchés sur une bécane, ces aventuriers des temps modernes s'efforcent de retrouver la simplicité, laissant aux circonstances le soin de leur suggérer un itinéraire, et n'hésitant pas à dormir sous tente ou à la belle étoile. Survivre avec le minimum vital, telle est leur devise.

Deux catégories de voyageurs, deux conceptions bien différentes de l'autonomie, de la liberté; deux approches opposées des périples en terres étrangères.

Quant au chrétien, comment comprend-t-il les passages de l'Ecriture qui lui rappellent qu'il est étranger et voyageur sur la terre (1 Pi 2.11 ; Héb. 11.13)? A-t-il conclu de ces versets que pour réussir le voyage de la vie, il est impératif de s'entourer d'un maximum de diplômes, de titres de renommée, de signes extérieurs de réussite sociale? Se comporte-t-il comme les pharaons qui, pour affronter l'au-delà dans les meilleures conditions, passaient une partie importante de leur existence terrestre à bâtir leurs tombeaux et à les remplir de magnifiques mais inutiles trésors? Appartient-il aux «hyper-lestés» de ce monde?

Interrogeons-nous: quel temps, quelles forces, quelle ingéniosité, quelle affection n'investissons-nous pas, nous chrétiens d'Occident, dans le développement de notre potentiel physique, intellectuel et économique? Quelles caravanes lourdement meublées ne traînons-nous pas avec nous? Combien d'efforts ne sont-ils pas entièrement voués à notre «installation» terrestre, comme si notre salut en dépendait?

Or l'apôtre Pierre dit: «étrangers», littéralement «ceux qui vivent en dehors de leur maison» (paroikous); il dit: «voyageurs», littéralement «immigrants» (parepidèmous). Ni les uns ni les autres ne sauraient se confondre avec des déménageurs...

De son côté, l'apôtre Paul fait remarquer au jeune Timothée qu'il n'est pas soldat qui s'embarasse des affaires de la vie, s'il veut plaire à celui qui l'a enrôlé (II Tim 2.4).

Alors, chers amis lecteurs, efforçons-nous, avec l'aide du Seigneur, de ressembler aux «hyper-légers». Comme Moïse, regardons l'opprobre de Christ (et certains renoncements) comme une richesse plus grande que les trésors de l'Egypte (Héb 11.26). Comme Abraham, consentons à demeurer «sous des tentes», sachant qu'au delà des vicissitudes de notre voyage terrestre, la cité qui a de solides fondements, celle dont Dieu est l'architecte et le constructeur nous est réservée (Héb 11.10).

Animés d'un tel esprit, nous pourrons affirmer avec le grand voyageur que fut l'apôtre Paul: nous sommes regardés comme pauvres, mais nous en enrichissons plusieurs; comme n'ayant rien, mais nous possédons toutes choses (cf. Il Cor 6.10). Claude-Alain Pfenniger


_________________
Josy

Vous êtes aussi invité à visiter :
Roseraie: http://www.rosee.org/roseraie
Gouttes de rosée: http://www.rosee.org/rosee
Famille Biblique: http://www.rosee.org/famillebiblique
Rose d'automne: http://www.rosee.org/rosedautomne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rosee.org/rosee
Josy
Admin
avatar

Nombre de messages : 4267
Age : 86
Localisation : Annecy - France
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: Voyages et voyageurs...   Dim 30 Mai 2010 - 19:47

Bien-aimés,

Vous êtes étrangers et voyageurs ici-bas sur la terre ; puisque votre patrie est dans les cieux, vos affections et vos désirs doivent y être aussi.
« Dieu exerce la foi des siens jusqu’à la mort, pour la couronner d’une immortalité plus glorieuse...Citoyens du ciel, mais étrangers et voyageurs sur la terre, ils voient de loin leur patrie par la foi, ils la saluent par l’espérance d’y arriver bientôt, ils y tendent et y courent par les désirs, les mouvements et les œuvres de leur charité » Quesnel.
"Ô garde un bon courage, croyant, et élève avec une confiance reconnaissante ton « Eben-Ezer, » car Celui qui t’a aidé jusqu’ici t’aidera encore pendant tout ton voyage.
En lisant à la lumière du ciel, combien est glorieuse et merveilleuse la perspective que le « jusqu’ici » dévoile à ton œil reconnaissant !
Ch. Spurgeon"
1 Chroniques 29:15 Nous sommes devant toi des étrangers et des résidents temporaires

Bon voyage !

Affectueusement, Josy

Jusqu’ici l’Éternel nous a secourus. {1Samuel 7:12}

Le mot « jusqu’ici » apparaît comme une main pointant dans la direction du passé. Vingt ou soixante-dix ans, et cependant, « jusqu’ici le Seigneur nous a secourus ! » A travers la pauvreté, à travers la richesse, à travers la maladie, à travers la santé, à la maison, à l’étranger, sur la terre, sur la mer, dans l’honneur, dans le déshonneur, dans la perplexité, dans la joie, dans l’épreuve, dans le triomphe, dans la prière, dans la tentation, « jusqu’ici le Seigneur nous a aidés ! »

Nous prenons plaisir à regarder l’alignement d’une longue avenue bordée d’arbres. Il est très agréable de regarder d’une extrémité à l’autre de la longue perspective, cette sorte de temple verdoyant, avec ses piliers de branchages et ses voûtes de feuilles ; il en est de même de regarder ici-bas les longues allées de nos années, de considérer les rameaux verts de la miséricorde d’en haut, et les piliers puissants de la charité et de la fidélité qui soutiennent nos joies. Est-ce qu’il n’y a point d’oiseaux chantant dans les branches ? Il doit sûrement y en avoir beaucoup, et tous chantent la miséricorde qui a été reçue « jusqu’ici ».

Mais la parole pointe aussi vers l’avant. Car lorsque un homme arrive à un certain point et écrit « jusqu’ici, » il n’est cependant pas à la fin, il y a encore une distance qui doit être parcourue. Encore plus d’épreuves, plus de joies ; plus de tentations, plus de triomphes ; plus de prières, plus de réponses ; plus de labeurs, plus de vigueur ; plus de combats, plus de victoires ; et vient alors la faiblesse, la vieillesse, la maladie, la mort. Est-ce fini maintenant ? Non ! Il y a encore à se réveiller dans la ressemblance de Jésus, les trônes, les harpes, les chants, les psaumes, le vêtement blanc, le visage de Jésus, la société des saints, la gloire de Dieu, la plénitude de l’éternité, la béatitude infinie.

Ô garde un bon courage, croyant, et élève avec une confiance reconnaissante ton « Eben-Ezer, » car Celui qui t’a aidé jusqu’ici t’aidera encore pendant tout ton voyage.

En lisant à la lumière du ciel, combien est glorieuse et merveilleuse la perspective que le « jusqu’ici » dévoile à ton œil reconnaissant ! Ch. Spurgeon

Sujet développé chaque jour de la semaine sur:
http://rosedautomne7.forumactif.com
Forum auquel vous êtes invités à vous joindre

_________________
Josy

Vous êtes aussi invité à visiter :
Roseraie: http://www.rosee.org/roseraie
Gouttes de rosée: http://www.rosee.org/rosee
Famille Biblique: http://www.rosee.org/famillebiblique
Rose d'automne: http://www.rosee.org/rosedautomne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rosee.org/rosee
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Voyages et voyageurs...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Voyages et voyageurs...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Voyages scolaires
» Voyages dans le Futur, N. Prantzos
» Voyages Chamaniques !
» Voyages en Grèce
» Pigeon voyageurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM ROSE D'AUTOMNE :: SELON LA PAROLE DE DIEU :: Gouttes de Rosée (Méditations journalières - un thème par semaine)-
Sauter vers: